Gouvernance
de la résilience
urbaine

Ana­lyse de la mise en œuvre du Com­mon Ope­ra­tive Pic­ture de Londres

Description

Depuis plus de huit ans, l’unité du Lon­don Resi­lience Group de la ville de Londres orga­nise et anime une ren­contre heb­do­ma­daire entre plu­sieurs par­te­naires issus des sec­teurs public, pri­vé com­mu­nau­taire de Londres. Cette ren­contre vise à effec­tuer une ana­lyse pros­pec­tive et per­met l’actualisation des connais­sances et des infor­ma­tions per­ti­nentes pour la pré­pa­ra­tion aux catas­trophes. Cette ana­lyse est syn­thé­ti­sée chaque semaine dans un docu­ment appe­lé Com­mon Ope­ra­ting Pic­ture (COP) qui est offert à l’ensemble des par­te­naires du Lon­don Resi­lience Group. 

Cité-ID étu­die ce modèle pour en apprendre davan­tage sur la coor­di­na­tion inter­or­ga­ni­sa­tion­nelle et la gou­ver­nance col­la­bo­ra­tive pour le déve­lop­pe­ment de la résilience.

L’objectif de ce pro­jet de recherche est de docu­men­ter le fonc­tion­ne­ment du modèle unique de Londres avant, pen­dant et après les réunions heb­do­ma­daires; iden­ti­fier les fac­teurs qui aident à expli­quer sa lon­gé­vi­té (ex. : moti­va­tion, effets, rou­tines, coûts); et ana­ly­ser les effets des réunions heb­do­ma­daires et du COP sur la gou­ver­nance col­la­bo­ra­tive entre organisations.

Ce concept offre un moyen d’améliorer la qua­li­té du par­tage d’informations et de déve­lop­per une com­pré­hen­sion com­mune d’une situa­tion de crise par­mi les dif­fé­rents acteurs impli­qués dans une intervention.

L’approche de Londres nous per­met de mieux com­prendre les méca­nismes de rési­lience éta­blis dans un espace d’échanges col­la­bo­ra­tifs au sein d’une grande métro­pole. L’étude de cette ques­tion par le biais du pro­jet COP contri­bue­ra à l’avancement des connais­sances scien­ti­fiques en matière de gou­ver­nance et aide­ra à iden­ti­fier les élé­ments sus­cep­tibles d’être trans­fé­rés à d’autres villes.