Gouvernance
de la résilience
urbaine

Rési­lience et capi­tal social : pré­pa­ra­tion aux catastrophes

Description

Un aspect impor­tant du déve­lop­pe­ment de la rési­lience urbaine est le capi­tal social, qui repré­sente l’ensemble des res­sources sociales offertes par une com­mu­nau­té de citoyens, comme les contacts sociaux, l’attachement à une com­mu­nau­té, etc. Un haut capi­tal social per­met une bonne réac­tion de la popu­la­tion face à des évè­ne­ments catas­trophes impré­vus, dimi­nuant le far­deau sur l’État et faci­li­tant un bon réta­blis­se­ment. Mal­gré son aspect pure­ment inter­per­son­nel, l’État peut jouer un rôle dans le déve­lop­pe­ment du capi­tal social.

Le pré­sent pro­jet vise l’augmentation du niveau de pré­pa­ra­tion des citoyens aux évè­ne­ments catas­trophes et le déve­lop­pe­ment de réseaux infor­mels, à l’échelle locale (micro). Pour se faire, un tra­vail col­la­bo­ra­tif avec le Bureau de la rési­lience de la Ville de Mont­réal, le Centre de sécu­ri­té civile de Mont­réal, la Mai­son de l’innovation sociale et des orga­nismes com­mu­nau­taires locaux de l’arrondissement Sud-Ouest sera effec­tué afin de boni­fier les for­ma­tions actuel­le­ment pro­di­guées par la Ville aux citoyens. Un étu­diant iden­ti­fie­ra les meilleures pra­tiques, mesu­re­ra qua­li­ta­ti­ve­ment et quan­ti­ta­ti­ve­ment les spé­ci­fi­ci­tés locales à l’aide d’indicateurs, déve­lop­pe­ra les for­ma­tions, puis mesu­re­ra la per­for­mance des actions à l’aide d’indicateurs de sui­vi. Fina­le­ment, une métho­do­lo­gie de repro­duc­tion sera rédi­gée, afin d’étendre les mesures à d’autres quar­tiers et régions.

Partenaires