Gouvernance
de la résilience
urbaine

Démarche sur le réta­blis­se­ment ini­tiée par l’ASCQ en par­te­na­riat avec le Cité-ID et le MSP

Description

Dans le cadre du Plan d’action en matière de sécu­ri­té civile rela­tif aux inon­da­tions (2018), le minis­tère de la Sécu­ri­té publique (MSP) a confié à l’Asso­cia­tion de sécu­ri­té civile du Qué­bec (ASCQ) la réa­li­sa­tion de la mesure Nº 22 qui vise à bien docu­men­ter les bonnes pra­tiques muni­ci­pales en matière de sécu­ri­té civile. Pour faci­li­ter la réa­li­sa­tion de ce man­dat, l’ASCQ s’est asso­ciée au Cité-ID Livin­gLab pour réa­li­ser une démarche de recherche-action sur le réta­blis­se­ment post-sinistre.

Lorsque la phase d’intervention se conclut à la suite d’un évé­ne­ment majeur, la période de réta­blis­se­ment pose des défis impor­tants pour les villes et muni­ci­pa­li­tés. Ces gou­ver­ne­ments de proxi­mi­té sont appe­lés à prendre des déci­sions et des actions à court et moyen termes pour res­tau­rer, et idéa­le­ment amé­lio­rer, les condi­tions sociales, éco­no­miques, phy­siques et envi­ron­ne­men­tales de la col­lec­ti­vi­té. Ils doivent éga­le­ment tirer des appren­tis­sages pour réduire les risques en vue de pro­chaines catastrophes. 

Pour ce pro­jet, l’ASCQ, accom­pa­gnée de Living Lab, sup­porte les muni­ci­pa­li­tés du Qué­bec dans un pro­jet de col­la­bo­ra­tion avec le MSP, dans une démarche de recherche-action afin de mobi­li­ser les connais­sances ter­rain des pra­ti­ciens et de les conju­guer avec les connais­sances scien­ti­fiques de cher­cheurs sur le réta­blis­se­ment. Il s’agit d’une approche for­te­ment inter­ac­tive entre les cher­cheurs de Cité-ID et les membres de l’ASCQ.

Voi­ci un tableau pré­sen­tant l’impact recher­ché, l’objectif géné­ral ain­si que les sept étapes de la démarche de recherche-action sur le rétablissement.

7 étapes de la démarche 

1) Com­prendre les enjeux en matière de réta­blis­se­ment et leurs inter­ac­tions sur la base d’une réflexion et d’un dia­logue avec l’ensemble des par­ties pre­nantes (pra­ti­ciens, experts et cher­cheurs en sécu­ri­té civile).

2) Iden­ti­fier par­mi ces enjeux ceux jugés prio­ri­taires par celles-ci.

3) Déve­lop­per à par­tir des savoirs pra­tiques et scien­ti­fiques, des méca­nismes de réta­blis­se­ment per­met­tant de répondre aux enjeux prio­ri­taires. Ces méca­nismes pren­dront la forme de pro­to­types.

4) Expé­ri­men­ter les pro­to­types visant à sou­te­nir le déve­lop­pe­ment de méca­nismes de réta­blis­se­ment désirés. 

5) Pro­po­ser les méca­nismes de réta­blis­se­ment qui auront fait l’objet d’une expé­ri­men­ta­tion afin de mettre en place les méca­nismes de réta­blis­se­ment désirés.

6) Docu­men­ter en conti­nu la démarche d’accompagnement sur le rétablissement. 

7) Conce­voir un guide pra­tique en vue de la trans­fé­ra­bi­li­té et de la dif­fu­sion des appren­tis­sages et d’ancrer à long terme les meilleures pra­tiques en matière de réta­blis­se­ment dans les réa­li­tés du terrain.

Réa­li­sée par le biais de l’approche Living Lab, la démarche sur le réta­blis­se­ment se décli­ne­ra sur dix-huit mois (mars 2019 à sep­tembre 2020). Elle sera ponc­tuée de trois séries d’ateliers de co-construc­tion (été, automne 2019 et hiver 2020) qui réuni­ront l’ensemble des par­ties pre­nantes. La démarche sera éga­le­ment ponc­tuée de moments de docu­men­ta­tion, de pro­po­si­tion et de transfert.