Gouvernance
de la résilience
urbaine

Ges­tion des risques et pré­ven­tion des sinistres à l’échelle municipale

Description

En col­la­bo­ra­tion avec le Minis­tère de la Sécu­ri­té publique du Qué­bec, le Cité-ID Livin­gLab déve­lop­pe­ra une feuille de route favo­ri­sant l’adoption d’une approche de ges­tion des risques ain­si que la mise en place de mesures de pré­ven­tion à l’échelle muni­ci­pale (locale et régionale). 

Ce pro­jet de recherche-action pro­pose de déve­lop­per une feuille de route afin de faci­li­ter l’adoption d’une approche de ges­tion des risques et la mise en œuvre de mesures de pré­ven­tion aux paliers local et régio­nal. Ce pro­jet d’une durée de trois ans (jan­vier 2019 à mars 2022) repose sur une démarche col­la­bo­ra­tive ali­men­tée par les don­nées pro­bantes exis­tantes sur les risques de sinistre.

D’abord, une méta-syn­thèse des écrits scien­ti­fiques sera réa­li­sée sur l’adoption et la mise en œuvre d’une approche de ges­tion des risques au niveau local dans le monde dans le but d’identifier les fac­teurs habi­li­tants et limi­tants déjà documentés. 

Par la suite, Cité-ID effec­tue­ra une ana­lyse du sys­tème qué­bé­cois de sécu­ri­té civile, des méca­nismes de gou­ver­nance cou­rants, de l’encadrement ain­si que des don­nées pro­bantes exis­tantes. L’objectif sera alors d’identifier les suc­cès, les obs­tacles et les oppor­tu­ni­tés liés à l’adoption d’une approche de ges­tion des risques et à la mise en place de mesures de pré­ven­tion. Sur la base des deux étapes pré­cé­dentes, l’équipe réa­li­se­ra des ate­liers de tra­vail avec des acteurs muni­ci­paux afin de co-construire ou de boni­fier leurs pra­tiques, leurs outils et leurs méca­nismes de gou­ver­nance en matière de ges­tion des risques et de pré­ven­tion des sinistres. 

Ain­si, au terme de ce pro­jet, les prin­ci­paux acteurs seront ame­nés à inté­grer davan­tage la ges­tion des risques et l’utilisation des don­nées pro­bantes dans leurs pra­tiques cou­rantes, et ce, sur la base de l’analyse du modèle qué­bé­cois et des appren­tis­sages réa­li­sés ailleurs dans le monde.